Enfin la détonation qu’on attendait. Elle résonne contre les parois des immeubles de la cité urbaine. La bombe à retardement avait été placé depuis longtemps entre de bonnes mains. Il fallait dégoupiller pour qu’enfin, après une bonne année d’attente, elle nous explose à la face. Gros Oiseau nous présente donc son nouveau poussin: Zonzon.


Mixture musicale acide qui prend ses racines dans les plus profondes caves des années 80 - quand les Béruriers Noirs ou Metal Urbain faisaient des doigts d’honneur et que les boîtes à rythme snobaient les batteurs. Le clavecin synthétique martèle le crâne. Le texte - cynique, drôle et sincère - se déroule sous nos yeux, nous colle à la peau comme le goudron et les plumes.

Phrasé/scandé/rap/punk de Sleaford Mods francophone. Basses spasmodiques. Gros Oiseau est une overdrive en train d'exploser à la scène comme à la ville.